AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lolita et Gyaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
~ Grand manitou ~~ Grand manitou ~
Messages : 1544
Date d'inscription : 03/09/2011
Age : 26
En savoir plus
MessageSujet: Lolita et Gyaru    Mer 25 Mai - 15:29


La mode japonaise  


S’il y a une chose que l’on remarque quand on visite le Japon, c’est bien cette variété vestimentaire que l’on peut observer dans la rue. Les Japonais ne semblent pas avoir de complexe dans leur manière de s’habiller, affichant leurs goûts sans timidité. Pourtant c’est aussi un pays où l’uniformité règne : salaryman, étudiants, chauffeurs de taxis, de pousse-pousse, moines, hôtesses d’accueil et j’en passe, chacun a sa tenue règlementaire. C’est ce mélange si particulier entre règlementation et expression qui est intéressant à observer. Dans ce dossier sur la mode, nous avons fait le choix de vous parler uniquement de la mode contemporaine. Le kimono fait partie intégrante de la mode japonaise, mais son histoire étant assez complexe nous avons préféré le laisser de côté pour en parler plus longuement à une autre occasion.  

Le style vestimentaire, l’image de la société


J'J'ai eu la chance de pouvoir visiter pratiquement à la suite l’Angleterre puis le Japon, et j'ai trouvé des similitudes dans la façon de s’habiller des habitants. Ce n’était pas la même mode, mais on pouvait ressentir dans les deux pays une véritable liberté vestimentaire. Je me suis demandée si c’était dû au port de l’uniforme. Obligés de porter un uniforme, les habitants de ces deux pays se lâchent quand ils peuvent porter d'autres vêtements. Alors qu’en France on affiche notre style - à part exceptionnellement - au compte-gouttes, eux le laissent éclater d'un coup, donnant bien souvent des genres très loufoques ou déroutants...

Au Japon c'est encore plus perceptible je trouve, certainement du fait que la société japonaise semble davantage uniformisée. Les jeunes ou moins jeunes tentent de se démarquer, de s'émanciper pour pouvoir prendre un peu d’air dans cette société que certains peuvent trouver trop étouffante ou oppressante. Les différents styles permettent d'affirmer son appartenance à un clan tout en mettant en avant son individualité. Un point qui je pense fait la particularité du style japonais, est le mélange d'influences et l'apport du traditionnel important.

Contrairement à nos pays européens qui ont laissé tomber les habits traditionnels trop désuets, sauf pour nos festivités pittoresques, les Japonais gardent un fort attachement pour leurs vêtements traditionnels que sont le kimono ou encore l'Hakama. Bien que plus compliqué à porter qu'un simple pantalon ou qu’une jupe, le kimono reste présent dans la rue, porté par toutes les générations. Et bien sûr la coupe du kimono se ressent dans certains vêtements plus moderne, il a d'ailleurs influencé plusieurs stylistes et pas seulement asiatiques (comme Paul Poiret ou Madeleine Vionnet). Dans la mode il existe une influence réciproque entre le Japon et l'Occident. L'aire Meiji est un bon exemple de l'ouverture du pays, les Japonais vont côtoyer de nouveaux types de vêtements qu’ils vont s'approprier, mais ils n'abandonnent pas leurs vêtements traditionnels pour autant. Et à notre époque, les japonaises s’inspirent encore de la mode occidentale (victorienne par exemple) pour créer un style personnel qui à nouveau va intéresser de nombreux stylistes.

Tokyo et notamment ses quartiers branchés comme Shibuya ou encore Harajuku servent bien souvent de vitrines pour les chasseurs de tendances. En France en particulier, pays de la haute-couture, la mode japonaise fascine autant que le reste de la culture. D'après Tiffany Godoy, écrivaine et spécialiste de la mode japonaise, ce serait parce que les deux pays ont une approche complètement différente du vêtement. Alors que la France voit la mode comme sexuée, pour le Japon le vêtement est davantage unisexe, basé sur le niveau social. Et depuis la fin des années 1960, de nombreux stylistes japonais vont se démarquer à Paris, apportant dans leurs bagages un savoir-faire et une vision complètement différente de la haute-couture. Après l'apport traditionnel, on peut voir dans la mode japonaise une influence grandissante de la pop-culture et notamment des mangas. Je ne parle pas des cosplay qui sont très importants au Japon, mais bien des vêtements de tous les jours sur lesquels les Japonais aiment rajouter une touche qui fera allusion à un personnage sortant d'un anime ou d'un manga. Cela donne un côté déjanté, voire parfois aberrant, qui pour nous est assez amusant à regarder. La mode japonaise possède de nombreuses caractéristiques qui font son charme et surtout un incroyable spectacle pour nous, occidentaux. Quand nous allons visiter le Japon il est autant intéressant et amusant de regarder les vêtements des gens dans la rue que ce qu’il y a autour.
Ama’


deux exemples : Lolita et Gyaru  


Les Lolitas


Le style lolita est assez impressionnant. D’inspiration victorienne, la tenue est généralement une robe avec corset, froufrous, des chaussettes hautes et des chaussures  sophistiquées. Pour accompagner l’ensemble, les cheveux sont généralement ornés de nœuds ou autres ornements. Le style commença à percer vers les années 70 quand les grandes marques japonaises décidèrent de s’essayer à ce style.
Les lolitas sont apparues par opposition à la mode moderne, qui exposait beaucoup le corps et la peau. Les lolita se veulent élégantes, féminines, innocentes et non sexy. Le nom lolita viendrait du livre de Vladimir Nabokov : «Lolita», du nom de son héroïne de 12 ans, d’apparence très innocente et enfantine. Parmi les Lolita plusieurs sous groupes peuvent être définis.


CLASSIC LOLITA

Si vous voulez être plus sobre restez dans le classique, avec un style élégant mais plus simple, plus mature. On se rapproche des tenues victoriennes plus sobres. Pour les couleurs, elles plutôt neutre comme le vert, le marron, l’ivoire... Vous pouvez aussi mettre des robes avec motifs mais il y a moins de froufrou. Côté accessoires, il est conseillé de rajouter des perles, des broches, des gants ect...


GOTHIC LOLITA

Le plus connus, l’un des premiers dont on entendu parler, mais aussi certainement le plus répandu. On peut aussi l’appeller Gothloli. Ce style-là est caractérisé par un maquillage et des vêtements sombres, les motifs gothiques, voire à tête de mort et autres représentations macabres…. Les chaussures ont le plus généralement des bottes, des pateformes ou des chaussures de petite filles. En dessous des robes ou jupes bouffante, il y a des bloomers (des longues culottes), avec de longues chaussettes ou des collants. C’est le musicien Mana Sama qui a répandu ce style. Dedans, vous pouvez y mettre le style d’Elegant Gothic Lolita (ou Aristocrate pour les hommes) qui est une variante plus sobre, il y a moins d’accessoire et cela fait plus adulte.


ERO LOLITA

ERO, pour érotique bien sûr.  C’est un style sombre, gothic, sexy et plus mature. Les vêtements et accessoires sont en PVC, vinyl, cuir, le plus souvent. Le haut est fait d’un bustier ou d’un corsage. La longueur de la jupe est bien plus courte que dans les autres styles et parfois, il n’y a que le juppon, sans la jupe. Ce style est assez controversé car il s’éloigne clairement de l’esprit enfantin et innocent des lolitas en général.
PUNK


PUNK LOLITA

Ce style s’inspire directement du mouvement punk apparu dans les années 1960 aux Etats Unis et en Angleterre. On retrouve donc les couleurs dominantes rouge et noir et des motifs écossais, vêtements déchirés, studs, cravattes chaines et épingles, mêlés à l’innocence, l’élégance et les froufrous de Lolita. Parfois androgynes, les vêtements et accessoires s’accompagne souvent de bottes ou chaussures à plateforme. Le style Industrial Lolita est une variante plus «trash» du punk lolita.



SWEET LOLITA
Ou son autre nom moins connu : Amai rorita. C’est toujours un style victorien mais on y trouve un genre plus enfantin, très inspirée d’Alice au Pays des Merveilles. Pour être une Sweet Lolita, vous devez porter une robe colorée assez pastel, souvent rose ou blanche, avec beaucoup de rubans. La robe peut avoir des motif de fleurs, de fruits ou d’animaux et c’est même mieux ! Cela fait d’avantage enfantin. Comme accessoires, vous pouvez prendre une peluche ou une ombrelle, cela accompagnera parfaitement le tout ! Globalement, les Sweet Lolita ressemble à des poupées devenues humaines par magie.


DECO LOLITA

Une Déco Lolita aime le style lolita ET les accessoires kawaï : peluches, nœuds, pinces, bijoux… Les vêtements sont souvent superposés et surtout très colorés. C’est un style très personnel où tout est possible, apparu à Harajuku (quartier de Tokyo) dans le début des années 2000.

PRINCESS LOLITA

Aussi appelé Hime Lolita, ce style s’inspire des princesse et de l’aristocratie européennes. Les vêtements sont souvent en blanc et rose. Pour les accessoires, on retrouve la couronne bien sûr, mais aussi des perles, des rubans, des gants de satin...



OUJI LOLITA
Ouji signifie « prince ». C’est donc un style lolita mais masculin qui est unisexe. Les couleurs utilisées sont souvent le noir et le blanc. Les coupes de cheveux sont souvent courtes.

SAILOR LOLITA

Les Sailor Lolita sont inspirée par l’univers marin. Les couleurs sont bien sûr le bleu, le blanc ou noir. Les vêtements peuvent y avoir des broderies d’ancres ou autres symboles marins. Les robes peuvent avoir un large col avec une cravate. De plus on peut ajouter un beret marin. Les rayures noires et blanches sont également courantes.



COUNTRY LOLITA
C’est le style le plus champêtre : petits panier en osier, petits chapeaux en paille élégant, fleurs dans les cheveux... des éléments très proches de la nature. Comme les Fruit Lolita, les motifs de fruits sont très présents, mais de manière plus discrète et moins coloré.


WA LOLITA

Les Wa Lolita combinent le style lolita avec le vêtement traditionnel japonais : le kimono. Il y a souvent une jupe surmontée d’un haut ayant généralement la forme et l’apparence d’un kimono ou d’un yukata. La tenue peut être accompagnée d’une ombrelle, ou un obi dans une version retravaillé.



QI LOLITA

Les QI Lolita ont repris le principe des WA Lolita, mais avec le vêtement traditionnel chinois : tels que le qipao. Certaines portent des ombrelles chinoises.



STEAMPUNK LOLITA
Le Steampunk Lolita est un style qui s’inspire de la révolution industrielle, des machines à vapeur, de la science fiction... On retrouve beaucoup de dentelle, des manches boufantes, du cuir, des mitaines, des ombrelles...


PIRATE LOLITA

Le pirate lolita est un style inventé par Mr Isobe Akinori, c’est à dire par la marque Alice & the Pirates. Une pirate lolita  a de nombreux atouts comme le tricorne, le jabot, les jupes/ robes parfois asymétriques, les corsets, les «cache-oeil», les têtes de mort, les pistolets, les bottines... Les tons des vêtements sont souvent dans le marron, le beige, le rouge, et le noir.



MILITARY LOLITA
Ce style est tout simplement le mélange entre les styles lolita et militaire. On retrouve donc les traditionnelles couleurs kaki, noir, brun. Ce genre de tenue se porte souvent avec des bottes ou bottines, sans oublier les accessoires comme les képis, les bérets…


GURO LOLITA

La mode des Horror Loli (aussi appelée Goru Lolita) est tirée en partie des mangas d’horreur, de la culture du gore. Cela tente de dépeindre une sorte de poupée cassée, avec un regard qui fait peur mais tout en gardant l’innocence des lolitas. Souvent, la base utilisée pour faire de telles tenues est… la tenue d’une infirmière, avec les blouses blanches, les bandages et le colorant rouge, mais l’imagination n’a pas de limite pour suivre ce style.


Shiro, Kuro, Mizuiro et Pinku Lolita

Ces styles sont liés à une couleur en particulier, qui est portée exclusivement par la Lolita. Shiro Lolita : ou «White Lolita, est une tenue Lolita entièrement en blanc / crème / blanc cassé. Elles portent des accessoires tels que des colliers de perles, des gants. Kuro Lolita : portent une tenue entièrement noire et des accessoires gothiques. Mizuiro Lolita :  portent une tenue entièrement bleue. Pinku Lolita : portent une tenue entièrement rose.




Les Gyaru


Les Gyaru sont des femmes, et des hommes parfois, qui adoptent un style qui se veut sexy et glamour, à l’aide de nombreux artifices : vêtements, perruques ou colorations des cheveux, feux cils et faux ongles, maquillages, accessoires...

L’origine des Gyaru

Le style Gyaru est né dans les années 1970, du mot Gal, qui est la prononciation japonisée du mot anglais « girl ». Ce mot Gal représente l’émancipation de la femme suivant le modèle américain et occidental. Ce mouvement est symbolisé par le jean, pantalon occidental, et notamment par l’une des marques, appelée « Gal ». Le mouvement Gyaru s’accélère dans les années 1990 avec l’influence très importante de la chanteuse japonaise Namie Amuro. Ses fans, les Amura, la considéraient comme un guide de la mode, reprenant ses tenues, ses coiffures et son maquillage. Namie s’est rapprochée de plus en plus de la mode californienne, particulièrement en bronzant son corps. Namie a fini par revendiquer être une « Gal », influençant toute sa communauté.

La philosophie des Gyaru

Les Gyaru ne sont pas qu’une apparence particulière. Elles se sont construites aussi avec une philosophie propre à leur mouvement. A l’origine, elles revendiquaient la modernité de la femme, le fait d’être à contre-courant de la société traditionnelle japonaise, l’ouverture d’esprit sur la sexualité, leur tempérament extravertie, la valorisation de la connaissance, du travail... De nos jours, ce message s’est quelque peu perdu car de nombreuses Gyaru sont soit dépendantes d’un homme plus riche, soit dans des situations financières difficiles, ayant négligé leurs études. D’autres sont revenues à un mode de vie plus conventionnel, en travaillant ou en fondant une famille.

Les Galsa Un Galsa (ou Gal-Circle) est un club de Gyaru, qui se retrouve pour passer du temps ensemble, faire des activités. Il y a souvent une réelle hiérarchie dans un Galsa, avec un leader et des membres. Il y a deux types de Galsa. Les Galsa Ive-sa pour Event organisent souvent des évènements, comme des fêtes, des sorties au restaurant ou au karaoké, du shopping... Les Nago-sa ou cercles de confort sont des groupes d’amis qui se retrouvent pour partager leur passion, passer du temps ensemble et se soutenir.


AGEJO GYARU

Agejo signifie Fille Papillons c’est un look glamour et sexy. Le maquillage des yeux par exemple est souvent très noir et crée de grands yeux. Autres accessoires des Agejo : lentilles de contact, faux cils, faux ongles décorés, bijoux, strass, paillettes, maquillage de poupée... Le plus caractéristique est leurs coiffures volumineuses mais féminines et souvent avec des mèches ondulées.


HIME GYARU

Les Hime gyaru reposent sur le principe de l’angelique et princesse. Elles s’inspire de princesses européennes mais ils ne faut pas les confondre avec les Sweet lolita car leurs coiffures et leurs maquillage diffère des Sweet lolita. La Hime Gyaru aura une tenue plus sexy, et un maquillage beaucoup plus chargé. Comme une princesse, elle porte des tenues accessoirisées avec des dentelles, des noeuds, des roses... Elles ont des coiffures travaillées et volumineuses.


GANGURO GYARU

Ganguro qui signifie visage noir. Ce style est le précurseur des styles suivants : Banba et Manba. Il est apparu le premier et est devenu très populaire au début des années 2000. Cependant, il a depuis presque disparu. Leur but était en partie de choquer. A la place d’un teint blanc recherché par toutes les japonaises, celles-ci arborent un teint plus que bronzé, presque brûlé aux UV. Leurs cheveux décolorés et javellisés contrastent également avec les cheveux foncés des japonaises. Elles se chargeait en maquillage et portaient au pieds des chaussures aux semelles compensées.


YAMANBA, MANBA, BANBA GYARU

Les styles Yamanba, Manba et Banba sont issus des Ganguro. Les Yamanba avaient pour but à l’origine de ressembler à la sorcière des montagnes : Yama-Uba, monstre de la mythologie japonaise et de faire peur. Elles utilisaient un maquillage blancs pour le placer tout autour des yeux et sur les lèvres. La variante Manba a un maquillage autour des yeux  plus léger et parfois qu’en dessous du regard. De ce style, se déclinent les Banbas, ou les barbie Manba et les stuyone, proches des Banba mais en moins chargé, en plus Casual.


AMEKAJI GYARU

Ce style s’inspire de la mode américaine, surfeur, street style, hip hop, baseballer et le tout baigné dans des couleurs flashy avec des imprimés funs. Les vêtements portés sont souvent amples tels que des pantalons cargo, baggy, des casquettes, bonnets et sneakers. Il y a beaucoup de superposition : plusieurs couches de sweats et de vestes. Les chaussures sont plutôt des tennis ou des bottes. Elles peuvent également porter des shorts.

B-GYARU

Ce style est apparu en 2004. Le « B » de «B-Gyaru » signifie « break» en référence au style hip-hop, au rap et aux danseurs de ce même mouvement. La chanteuse japonaise Namie Amuro les as particulièrement influencés. On retrouve la peau bronzée, lescheveux souvent nattés, des vêtements de sport, des casquettes américaines...



BAIKU GYARU

Aussi appelé Bosozoku, ce style est caractérisé par un look de «biker» (= baika), c’est à dire de motard. Ce style féminin est fait de noir, de cuir, de chaînes, de gants de motards... Le maquillage est aussi assez sombre.



KOGAL GYARU

On peut aussi les appeller les Kogyaru. C’est un style souvent porté par les lycéennes car il est basé sur l’uniforme du lycée. Le « ko « de Kogyaru vient du terme Kôkôsei qui signifie école secondaire. La jupe de l’uniforme est plus courte, les chaussettes sont longues et tombantes (loose socks) et le cardigan est souvent trop grand et cache la jupe. Elles ont aussi souvent les cheveux décolorés.


ONEE GYARU

Les Gyaru sont de jeunes filles adolescentes. Quand elles murissent, autour de 25 ans, les jeunes femmes évoluent et leur style aussi. On appelle donc leur style Onee, qui signifie grande soeur, jeune femme. Leur style devient plus élégant et sophistiqué, mais aussi plus discrêt. C’est donc beaucoup plus adapté pour le monde du travail. Les chaussures sont originales et souvent à talon. La coiffure est très soignée. Les tenues sont directement inspirées ou issues du luxe occidental : Channel, Yves Saint Laurent...


GYARU-O

Aussi appelé Sentaa, c’est le look masculin des Gyaru. Les Gyaru-O sont dans les mêmes quartiers de Tokyo que les Gyaru féminines. Ils cherchent en réalité à leur plaire, en adoptant un style similaire. Tout comme les filles, ils se colorent les cheveux, accessoirisent leurs tenues, se maquillent parfois...

sources images

http://www.kanpai.fr/tokyo/takeshita-dori
http://tokyofashion.com/tag/hime-gyaru/
http://www.artdunoir.com/2015/04/30/%E2%9D%80-japan-lolita-association-at-anime-matsuri-%E2%9D%80-3/
http://maysakaali.deviantart.com/

Falira
Ama
'
[/center]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zasshi.forumgratuit.org
 

Lolita et Gyaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coiffure ( Gyaru )
» Center Nation Gyaru
» Assassination Classroom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zasshi :: 
Tendance
 :: Mode
-
Ouvrir Chatbox