AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Festival de Cannes 2014 (côté asiatique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
♦ Critique ~ ça ne rigole plus ici non d'une brioche !♦ Critique ~ ça ne rigole plus ici non d'une brioche !
Messages : 210
Date d'inscription : 24/10/2012
Age : 26
Localisation : Toulouse
En savoir plus
MessageSujet: Le Festival de Cannes 2014 (côté asiatique)   Mer 21 Mai - 14:07






Le Festival de Cannes 2014











La sélection officielle:


Membres du jury:

Jeon Do-yeong (Corée du Sud)
Unique actrice coréenne à avoir reçu le prix d’interprétation féminine à Cannes pour "Secret Sunshine" de Lee Chang Dong en 2007, JEON Do-Yeon avait alors marqué le monde du cinéma et gagné déjà de nombreuses récompenses. Star de la télévision pendant cinq ans elle a débuté sa carrière par une apparition dans "The Contact", et a reçu de nombreux prix dans plusieurs festivals. De "The Harmonium in my memory", "Happy End", "Untold Scandal" et "You are my Sunshine" à "Way back home", elle s’est construit une réputation de caméléon pouvant jouer tous les rôles. Aimée et respectée, elle figure au firmament des actrices de la Corée du sud. En 2010, elle est revenue à Cannes avec "The Housemaid" de Im Sang-Soo. JEON Do-Yeon vient juste de terminer le tournage de "Memories of the Sword", sa troisième collaboration avec Park Heung-sik.


Jia Zhangke (Chine)
Jia Zhangke est né à Fenyang, dans la province du Shanxi en Chine. Après avoir étudié la peinture, il développe un intérêt pour la fiction et fonde en 1995 le « Youth Experimental Film Group », avec lequel il réalise deux vidéos récompensées par des prix. Diplômé de l’Académie du Film de Pékin, il sort un premier long métrage en 1998, "Xiao Wu" ("Artisan pickpocket"), qui est couronné de succès. Ses films suivants, "Zhantai" ("Platform", 2000) et "Ren xiao yao" ("Plaisirs inconnus", 2002), concourent respectivement en sélection officielle à la Mostra de Venise et au Festival de Cannes. Son film "Still Life" a obtenu le Lion d'or à la Mostra de Venise en 2006 et son dernier film "A Touch of Sin", en Compétition au Festival de Cannes en 2013, a remporté le prix du meilleur scénario. Jia Zhangke vit actuellement à Pékin où il est très impliqué dans le milieu du cinéma en Chine.



Les films en compétition:
Futatsume no Nado (Still the Water) de Naomi Kamase



Synopsis:
Sur l’île d’Amami, les habitants vivent en harmonie avec la nature, ils pensent qu’un dieu habite chaque arbre, chaque pierre et chaque plante. Un soir d'été, Kaito découvre le corps d’un homme flottant dans la mer, sa jeune amie Kyoko va l’aider à percer ce mystère. Ensemble, ils apprennent à devenir adultes et découvrent les cycles de la vie, de la mort et de l’amour...

Acteurs:
Jun YOSHINAGA - KYOKO
Nijiro MURAKAMI - KAITO
Tetta SUGIMOTO - TETSU
Miyuki MATSUDA - ISA
Makiko WATANABE - MISAKI
Jun MURAKAMI - ATSUSHI
Fujio TOKITA - KAMEJIRO








Interview de Naomi Kamase (source: dossier de presse du festival):

Bien que Still The Water soit une oeuvre de fiction, le film apporte également un éclairage sur la vie spirituelle et les rites des habitants de l’île d’Amami. Pourquoi avoir choisi de tourner votre film sur cette île?

C’est là qu’ont vécu mes ancêtres mais je l’ai longtemps ignoré. Ce n’est que depuis une dizaine d’années que je sais et j’ai mis du temps à y aller. C’est en 2008 que, pour la première fois, j’ai débarqué sur l’île d’Amami et j’ai tout suite su que je voulais y tourner un film. De ce point de vue, on peut dire que ce film a mis 6 ans à se faire. Et pendant tout ce temps, j’ai gardé cette
île au plus près de moi.
J’ai tourné tous mes autres films à Nara, mais la mort de ma mère adoptive, mon seul lien à cette ville, est venue bouleverser tout cela. C’est à cette époque que j’ai décidé de préparer le tournage de Still The Water sur l’île d’Amami.
Les rites et les coutumes des habitants de cette île sont assez uniques, par exemple les rituels du dieu Yuta ou les danses traditionnelles comme la Danse d’Août.
L’île d’Amami est constituée d’une nature particulièrement riche, que ce soit la forêt ou les fonds marins qui l’entourent. L’une de mes premières certitudes quant à la mise en scène a été de saisir ces éléments fascinants qui appartiennent à cette île et de les faire exister de manière très réaliste à l’écran pour ainsi insuffler une base solide à l’histoire.


Still the Water reprend les thèmes abordés dans vos précédents films…

Absolument. Les thèmes de la vie et la mort, la symbiose entre l’homme et la nature, la mémoire d’un lieu, le cycle de la vie et sa transmission d’une génération à l’autre, sont des thèmes que l’ont retrouve dans chacun de mes films.
Toutefois, mon expérience du tournage de Still The Water fut un peu différente, dans la mesure où j’ai rarement ressenti la nécessité de contrôler totalement les choses.
Je ne me suis jamais dit : « ce doit être comme ça et pas autrement » ou « je veux absolument cela ».
Sans que je sache pourquoi, j’ai abordé ce tournage très sereinement, convaincue que ce dont nous avions besoin viendrait à nous naturellement.


Still The Water est avant tout l’histoire d’un apprentissage. Kaito et Kyoko, vos deux personnages principaux, s’éveillent à la vie, deviennent des adultes dans un monde parfois cruel…

Dit de manière très simple, il s’agit peut-être de prendre conscience du monde qui les entoure.
Dans le passé, les hommes ont fait un nombre considérable d’erreurs. La plupart de ces erreurs sont liées au fait que certains d’entre nous ont perdu conscience du monde qui nous entoure.
Comment est-il possible, à un stade si avancé de notre civilisation, de continuer à nous détruire, avec la guerre, la pauvreté, les discriminations en tout genre ? Les générations passées nous ont laissé leurs vies en témoignage, que ce soit à travers les livres, la peinture ou la musique, afin de nous permettre de ne pas reproduire leurs erreurs. Pourtant, nous continuons à faire
ces mêmes erreurs.
Apprendre à accepter les autres, à avancer tout en gardant en mémoire nos douleurs, en continuant à voir ce monde tel qu’il peut être par moment : d’une beauté inestimable. Quand les hommes seront capables de cela, je pense que nous pourrons nous élever et vivre dans un monde que nous ne connaissons pas encore.
C’est mon souhait pour le futur des personnages principaux de ce film, symboles d’une nouvelle génération, qui sont en plein apprentissage de la vie adulte.


Comment avez-vous choisi les rôles principaux, Kyoko et Kaito?

Pour les personnages de Kyoko et Kaito, nous avons fait un casting. Il s’avère que mon choix s’est porté sur deux jeunes avec assez peu d’expérience. Surtout Kaito qui n’avait jamais fait de théâtre ou de cinéma. Le plus important pour moi dans ce choix, c’était qu’ils aient une présence comparable à celle, incroyable, de la nature sur l’île d’Amami.
Ce fut le cas, et même au-delà de mes espérances.
Pour le rôle des parents, j’ai choisi des acteurs professionnels dont j’avais suivi le travail. On me dit souvent qu’il y a peu d’acteurs professionnels dans mes films, pour Still The Water, c’est tout l’inverse.
Fujio Tokita qui joue le rôle de Kamejiro (Papi Tortue) est resté sur l’île pendant toute la durée du tournage, même s’il n’avait que peu de scènes à tourner. Il passait ses journées au bord de l’océan à pêcher, comme Kamejiro le fait dans le film. Il s’est intégré naturellement à la vie sur l’île, il est même arrivé que certains touristes viennent le voir pour qu’il leur indique les meilleurs endroits pour pêcher sur l’île. Par ailleurs, Fujio Tokita a joué dans de nombreux films, dont ceux d’Akira Kurosawa, c’est également l’une des voix les plus connues des films d’animations japonais.


Quelle est la part des scènes improvisées ?

Nous avions décidé de suivre le scénario et donc de filmer chaque scène dans l’ordre chronologique. Parmi les scènes que nous avons improvisées, il y a celles de la Danse d’Août, du Dieu Yuta, la mort d’Isa et bien entendu le typhon.
La première scène du film, celle où les habitants de l’île sont réunis autour de la scène du crime, ainsi que la scène de la salle de classe qui suit, ont également été improvisées.
Au final on peut dire que la moitié des séquences sont improvisées !


Vous avez tourné votre film en octobre dernier. Ce n’est pas un mois à typhon et pourtant…

On nous avait prévenu que 2013 pourrait être une année où le risque de typhons serait particulièrement élevé sur l’île d’Amami. Au cours du mois d’octobre, normalement il y a assez peu de typhons sur l’île, mais sans que l’on puisse se l’expliquer, comme un signe qu’il fallait filmer, un typhon s’est formé proche de l’endroit où nous tournions. C’était miraculeux de pouvoir saisir la violence des vagues de ce typhon, comme un cadeau du ciel. Alors toute l’équipe s’est préparée à filmer dans des conditions extrêmes, les vents violents et la pluie torrentielle.













La sélection "Un certain regard":


Dohee-Ya (A Girl at My Door) de July Jung



Synopsis:
Suite à un incident, Young-nam, jeune policière de Séoul, est transférée dans un petit village côtier. Dès son arrivée, elle croise Dohee, une adolescente dont l’allure renfermée l’intrigue. Dans ce nouvel environnement, Young-nam fait la connaissance du beau-père de Dohee, un homme violent et alcoolique exploitant des travailleurs immigrés. Pour protéger Dohee des mauvais traitements de son beau-père, Young-nam l’héberge chez elle. La jeune femme découvre alors les différentes facettes de la personnalité de Dohee…

Acteurs:
Doona BAE - Young-nam
Sae-ron KIM - Dohee
Sae-byuk SONG - Yong-ha



Fantasia de Chao Wang:



Synopsis:
Une famille recomposée dans une ville industrielle chinoise. Lorsque les hospitalisations du père deviennent de plus en plus fréquentes et coûteuses, toute la famille se trouve ébranlée. La mère enchaine les petits boulots et se démène pour trouver de l’argent, la grande sœur décide de travailler secrètement dans un bar et Lin, le petit frère, stigmatisé par la maladie de son père et rejeté par ces camarades, fuit l’école et se réfugie dans un monde rêvé, un monde fantasmatique, un monde de fantaisie.

Acteurs:
Ruijie HU - Xiao Lin
Su SU - Mother
Xu ZHANG - Father
Renzi JIAN - Sister
Ou LI - Mr. ZHOU
Lu ZHANG - Beard man
Xiaomo WANG - Young girl









Hors Compétition:


Gui Lai (Coming Home) de Zhang YIMOU



Synopsis:
Lu Yanshi, prisonnier politique, est libéré à la fin de la Révolution Culturelle. Lorsqu’il rentre chez lui, il découvre que sa femme souffre d’amnésie. Elle ne le reconnait pas et chaque jour, elle attend le retour de son mari, sans comprendre qu’il est à ses cotés.

Acteurs:
Gong LI - Feng Wanyu
Chen DAOMING - Lu Yanshi
Zhang HUIWEN - Dan Dan






Sources: Site officiel du festival de Cannes


By Cassandre21




_________________

Les canards-lapins vaincront!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le Festival de Cannes 2014 (côté asiatique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Festival de Cannes / tapis rouge
» FESTIVAL DE CANNES / BOUTIQUE EN LIGNE
» 64ème festival de Cannes: le programme/La Conquête hors compétition
» Le 59ème Festival de Cannes !
» 64èm" festival de Cannes: les indiens étaient là !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zasshi :: 
Pause loisir
 :: Cinémathèque
-
Ouvrir Chatbox